Accueil  »  Engagement Qualité  »  Gestion des Risques  »  Prévention et gestion du risque infectieux
A+
A-
Site de Châteauroux - Le Blanc

Prévention et gestion du risque infectieux

Tout doit être mis en œuvre pour éviter/prévenir la survenue d’infections associées aux soins, pour cela l’établissement dispose :

  • D’un comité de lutte contre les infections nosocomiales (C.L.I.N.)

Sous-commission de la commission médicale d’établissement (C.M.E.), il établit un programme annuel de prévention et maitrise du risque infectieux avec des actions de lutte contre les infections associées aux soins (I.A.S.). Deux représentants des usagers siègent à ce comité. 

  • D’une équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière (E.O.H.H.)

Ses missions s’intègrent dans une démarche qualité continue, dans un contexte de culture de sécurité des soins.

Elles visent à développer et soutenir la prévention des Infections Associées aux Soins (I.A.S.) tout le long de la prise en charge du patient ou du résident ainsi qu’à protéger les professionnels de l’établissement.

L’E.O.H.H. met en œuvre les actions de prévention et de lutte contre les IAS définies dans le programme national d’actions de prévention des infections associées aux soins (PRO.P.I.A.S.) tout en considérant le contexte régional ou les spécificités institutionnelles (lien avec fiche service ?)

Le centre hospitalier CHATEAUROUX-LE BLANC développe depuis plusieurs années, une politique de surveillance, de prévention et de gestion du risque infectieux. La lutte contre les infections associées aux soins notamment nosocomiales constitue un axe essentiel d’amélioration de la qualité des soins, de la sécurité et du service rendu au patient/résident. 

Cette stratégie de gestion du risque infectieux est définie par une politique de gestion du risque infectieux (2017-2021). Afin de maintenir et améliorer ces objectifs stratégiques, l’établissement s’appuie sur une démarche de gestion du risque infectieux structurée et pilotée par le comité de lutte contre les infections nosocomiales (C.L.I.N.), associant à la fois, les professionnels médicaux et paramédicaux, l’unité risques et qualité, des représentants d’instances du CH et deux représentants des usagers.

La mise en œuvre de cette démarche est coordonnée par l’équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière (E.O.H.H.) du service départemental d’hygiène et épidémiologie de l’Indre. Elle est réalisée en collaboration étroite avec le comité de pilotage de la gestion du risque infectieux (C.P.G.R.I.), sous-commission du C.L.I.N., composé de la gestionnaire des risques associés aux soins, d’un représentant de la direction des soins et des membres de l’E.O.H.H..

Issue du Programme national d’actions de Prévention des Infections Associées aux Soins (PRO.P.I.A.S.) intégré au Programme National pour la Sécurité du Patient (P.N.S.P.), cette politique, s’articule autour de 5 axes prioritaires relatifs à la prise en charge du patient/résident et de son parcours de soins.

1. Développer la prévention des infections associées aux soins.

  • Redynamiser la démarche de signalement interne des infections nosocomiales.
  • Promouvoir l’hygiène des mains et les Précautions Standard.
  • Promouvoir les actions de communication à l’intention des professionnels, des usagers et des visiteurs, pour les sensibiliser à l’enjeu que représente la lutte contre les évènements indésirables associés aux soins.
  • Poursuivre la formation initiale et continue des professionnels
  • Poursuivre l’évaluation des pratiques professionnelles en hygiène hospitalière, tout en assurant la mise en œuvre et le suivi des actions d’amélioration.

2. Renforcer la prévention et la maitrise de l’antibiorésistance.

La prévention et la maitrise de l’antibiorésistance reposent sur la juste utilisation des antibiotiques et la prévention de la transmission croisée tout au long du parcours de soin du patient/résident.

Un référent en antibiothérapie, avec un temps défini, est identifié sur l’ensemble des pôles de l’établissement ainsi que trois médecins référents suppléants.

  • Poursuivre la confrontation de la résistance des bactéries aux antibiotiques avec les données de consommation.
  • Anticiper et détecter l’émergence d’agents pathogènes à potentiel épidémique [notamment les Bactéries hautement résistantes aux antibiotiques émergentes (B.H.R.e.)]
  • Poursuivre la formation pour tous nouveaux prescripteurs (médecins/internes) sur le bon usage des antibiotiques.
  • Améliorer la traçabilité de la réévaluation de la prescription à 48H-72H et celle de l’argumentation de l’antibiothérapie de plus de 7 jours dans le dossier patient et systématiser la procédure d’alerte.

3. Réduire les risques infectieux associés aux actes invasifs tout au long du parcours du patient/résident.

  • Suivre annuellement cet indicateur (nombre d’événements indésirables).
  • Poursuivre la sensibilisation et la formation des professionnels lors des différentes sessions de formation notamment par l’utilisation de la simulation en santé et des serious games.
  • Reconduire la participation aux différentes surveillances et enquêtes régionales et nationales

4. Répondre aux besoins et attentes du territoire de santé notamment sur la thématique gestion du risque infectieux (G.H.P. INDRIANCE, G.H.T.)

  • Développer une culture partagée de sécurité et de prévention des infections associées aux soins (I.A.S.) et Harmoniser les pratiques relatives à la prévention du risque infectieux au sein des différents établissements pour les rendre efficientes.
  • Promouvoir la formation à la prévention des infections associées aux soins (P.I.A.S.) de tous les intervenants, tout au long du parcours de soins du patient ou du résident, par la mise en place d’un plan de formation commun sur le G.H.T. de l’INDRE 

5. Maintenir la conformité aux exigences réglementaires

  • Répondre aux exigences règlementaires, à la certification des établissements de santé et au D.A.R.I.

Ces objectifs déclinés en actions sont à intégrer au programme d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins de l’établissement. Leur suivi et leur évaluation sont assurés à l’aide d’indicateurs annuels. 

La mise en œuvre de la politique gestion du risque infectieux associe tous les professionnels de santé en impliquant les usagers.

Cette stratégie de gestion du risque infectieux est l’affaire de tous, elle est à mettre en œuvre quotidiennement afin d’en garantir sa réussite.

Conformément à la réglementation, l’établissement renseigne, chaque année, les indicateurs de qualité et de sécurité des soins (I.Q.S.S.) du thème « Infections Associées aux Soins (I.A.S.) » Ceux-ci sont rendus publics et mis à la disposition des usagers. Les résultats sont connus en fin d’année pour l’année précédente. Les résultats sont disponibles sur le site : http://www.scopesante.fr 

Par ailleurs, l’établissement collabore avec le Relais des Hygiénistes du Centre - Centre d'appui pour la Prévention des Infections Associées aux Soins - Centre Val de Loire (R.H.C.-C.P.I.A.S. Centre Val de Loire) de TOURS.